Carafe or not carafe ?

La consommation de vin pourrait se résumer au traditionnel binôme « bouteille-verre ». Il arrive toutefois qu’un troisième élément vienne s’intercaler et jouer un rôle non négligeable d’intermédiaire : la carafe. Toutefois, elle ne doit pas être utilisée dans n’importe quelles circonstances. Pour que son usage n’altère pas le goût du vin et ne vienne pas gâcher l’expérience de la dégustation, il convient de respecter certaines règles que nous explique Béatrice Dominé, l’œnologue du club 10-Vins.

 

Tout d’abord, et contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible de carafer aussi bien des blancs que des rouges, l’important étant de bien sélectionner les vins qui y sont éligibles.

 

Le premier critère est l’âge du vin : plus il est jeune, plus on peut le carafer. Dans la mesure du possible, on ne carafe pas les vins plus anciens.

 

En cas d’hésitation, il peut être nécessaire de goûter le vin. Si ses arômes ne sont pas assez développés et que le vin ne s’exprime pas en bouche, il faut le carafer. Il bénéficiera alors d’une oxygénation qui permettra aux arômes de se révéler.

 

L’étape suivante est loin d’être anodine : il vous faudra en effet choisir la bonne forme de carafe.

 

Afin de permettre une meilleure oxygénation, un vin très jeune devra être carafé dans un récipient à la base large.

 

Image

À l’inverse, plus le vin est ancien, plus on choisira une carafe resserrée. Si vous avez besoin de faire diminuer la température de votre vin, sachez qu’il est tout à fait envisageable de placer votre carafe au réfrigérateur, à condition bien évidemment de disposer de la place nécessaire.

Dans ce cas-là, il faudra vous assurer de préserver votre vin des odeurs de votre réfrigérateur. Pour cela, des bouchons de carafe existent ; vous pourrez également recouvrir votre récipient d’un film plastique qui protégera son contenu. Une fois que vous aurez vidé le contenu de la carafe (après avoir consommé le vin avec modération J), il ne faudra surtout pas oublier de la nettoyer dès que possible. En effet, si vous y laissez un fond de vin, et notamment un vin rouge très foncé, ce dernier teintera le fond de votre récipient.

Pour nettoyer votre carafe, évitez autant que possible l’utilisation de liquide vaisselle. Préférez un nettoyage à l’eau très chaude qui devrait normalement suffire à rendre votre carafe propre comme un sou neuf.

Pour conclure, voici quelques exemples pratiques :

– Gevrey-Chambertin 1996 : sans être forcément vieux, ce vin approche tout de même des 20 ans. On ne le carafera donc pas.

– Côte-Rotie 2005 : un vin avec de la puissance et quelques années derrière lui. Une première dégustation est nécessaire afin de déterminer s’il faut le carafer ou non.

– Vacqueyras 2010 : pas d’hésitation, c’est un vin jeune qui bénéficiera d’un carafage.

 

10-vinement vôtre,

Le guide de survie oenologique !

Vous trouvez le vin compliqué ? On s’est mis au défi de vous prouver le contraire en 1 seule page !

Voici le premier des quatre volets de ce guide que vous pourrez retrouver sur notre site .

Le verre

De préférence, utilisez un verre tulipe type INAO pour concentrer les arômes olfactifs

Verre inao

La température

  • Bordeaux rouge : 16 à 18 °C
  • Bourgogne : 16°C
  • Vin de Loire rouge : 14 à 16°C
  • Vin blanc sec : 8 °C
  • Vin blanc moelleux / liquoreux : 6 à 8°C

L’aération

Plus un vin est jeune, plus il faut l’aérer. Un vin rouge qui n’a que 2 à 3 ans bénéficiera d’un passage en carafe « large ».

Image

Un vin rouge vieux ou un vin blanc jeune bénéficiera d’un passage dans une carafe plus resserrée.

Image

Ouvrir une bouteille avant sans carafer ne sert pas à grand-chose vu le peu de vin en contact avec l’air par le goulot.

A bientôt pour le deuxième volet !